"Enfin, Masse !"

Exposition organisée au Point Éphémère dans le cadre de Formula Bula #3,
du 25 septembre au 25 octobre 2015.

Commissariat : Super Loto Éditions (Sophie Torchia & Camille Escoubet)
Production : Ferraille Prod.
Scénographie : Atelier 1 :1


Dans l'exposition prennaient place des affiches de l'artiste
(non numérotées et non signées par l'artiste)
tirées de certains ses ouvrages.

Sérigraphies 1 couleur, format 80 X 60 cm
et 100 X 70 cm sur papier Old Mill Bianco.

Tirage de 20 exemplaires de chaque,
10 exemplaires à la vente seulement.

Disponibles uniquement sur le SHOP du site.













Se plonger dans le travail de Masse tient de l'expédition d'aventures: le lecteur qui s'y risque obtient le droit de se voir dérouler devant les yeux un paysage dense, renversant, qui l'emmène dans un lieu où il n'aurait jamais pensé aller. Cet univers – ou multivers – abreuve le lecteur de récits où la science flirte avec l'absurde, où les traits dynamiques et les rythmes parfois effrénés contrastent avec de larges cases, où le temps est comme suspendu, et l'action gelée.

L'œuvre de Masse relève du paradoxe : adulée par une (grosse) poignée de connaisseurs dont les plus grands auteurs mais néanmoins méconnue du grand public, elle a fait son chemin dans l'imaginaire des spécialistes de la « BD » comme un monument incontournable des années 70-80.

Masse, héraut s’il en est de l'élite des revues de la presse spécialisée et élargie, jusqu'à la mort de la plupart d'entre elles à la fin des années 1980. Depuis, Masse L'Ancien faisant écho à Masse Le Jeune – au sein de La minute de silence comme dans son nouveau regard porté sur ses propres œuvres et leur remaniement –, le monde le redécouvre depuis les années 2010, comme après un retrait des eaux : son formidable travail n'a pas vieilli, et s'est même affirmé à l'aune de la « nouvelle bande dessinée ».

Embrasser l'œuvre de Masse ne peut se faire qu'avec une docte lecture de l'ensemble de son œuvre, de L'Encyclopédie à l'Avalanche, de Les deux du balcon à Contes de noël. Les œuvres exposées ici sont ainsi vues comme des propositions, des cartographies de pistes engageant le lecteur à rentrer dans l'œuvre complète. Le mouvement, organique, animal, humain, technique ou scientifique est ici le prétexte au cheminement entre les grands arrêts sur images des sérigraphies ou des dioramas, des originaux en couleur directe de la « BD » très scientifique (Vue d'artiste), les dessins d'animation inédits de l'artiste, l'inattendue rencontre filmée entre l'artiste et le physicien spécialiste du temps Étienne Klein...

Les navires de pierre de la « flottille d’entretien » issue de La minute de silence voguent sur une mer tel un reflet du Canal de l’Ourcq et sa haie d’immeubles, comme pour nous inviter à entrer dans une boucle sans fin, un effet d’optique tramé mais bien réel, qui nous inonde de toutes parts.

Bref, Masse, enfin, Masse !

 



Les dioramas ont été fabriqués par Sophie Torchia
sur la base des dessins de Masse.

Photos : Ferraille Prod.



Retour